Accueil L'histoire en marche Les protagonistes Les lieux principaux Chronologie Images Et en plus...
Les causes La révolution Les conséquences La mémoire
Les Etats généraux L'assemblée nationale L'assemblée législative La convention nationale Le directoire




Les causes de la révolution

Plusieurs éléments participèrent à la naissance des évènements de 1789. Certains étaient déjà présent depuis longtemps lorsque la révolution éclatère.
Ce qui explique que certains causes sont profondes, et d'autres tout simplement immédiates.
*Les causes profondes
*Les causes immédiates


Tout d'abord et très certainement l'une des plus importantes : les contradictions sociales.

Un des grands principes de l'ordre social de l'Ancien Régime est l'organisation en trois ordres distincts, inégaux devant la loi et l'impôt : le clergé, la noblesse et le tiers états.
Très minoritaires, la noblesse (environ 400 000 membres) et le clergé (quelque 115 000 membres) bénéficient de nombreux privilèges par rapport au tiers état (25,5 millions de personnes). Chacun de ces états est lui-même profondément divisé.
Dans les rangs de l'aristocratie, la noblesse d'épée - de très ancienne lignée - méprise la noblesse de robe, anoblie par faveur royale. La noblesse de province (petits seigneurs souvent appauvris et parlementaires des villes) accuse l'aristocratie de cour d'accaparer les avantages.
Il en est de même au sein de l'Église : le haut clergé (archevêques, évêques en particulier) s'oppose au bas clergé (congrégations séculières, curés, vicaires, religieux), issu du tiers état et souvent misérable.
Le tiers état est constitué d'une immense majorité de paysans, mais comprend également des artisans et des bourgeois (roturiers).

L'un des principaux ferments de tension sociale à la fin du XVIIIe siècle est la persistance d'une société rurale à structure féodale (régime politique, économique et social dirigé par les seigneuries ).
L'ascension de cette dernière est freinée par le cloisonnement en ordres ainsi que par les privilèges de la noblesse. Cette force montante, qui dispose déjà du pouvoir économique, cherche à s'arroger le pouvoir politique pour imposer un cadre économique libéral qui lui soit favorable.


Texte important : Qu'est-ce que le tiers état ? de l'abbé Sieyès


Nous pouvons donc noter que le peuple français était divisé en trois ordres (donc trois classes de la société) comportant d'énormes différences au niveau de leur vie.

Mais, le fait que le royaume mis en place une organisation archaïque ne fit qu'accentuer les différences et les discordes.
Explication : à la fin du XVIIIe siècle, les finances publiques sont organisées selon un système archaïque, sans aucune prévision budgétaire.
Le roi se fait avancer les sommes nécessaires au budget de l'État par les fermiers généraux, lesquels se remboursent ensuite en levant l'impôt
Outre les trois impôts directs (taille, capitation, vingtièmes), il existe plusieurs impôts indirects, notamment la gabelle (impôt sur le sel), les aides (sur les boissons) et les traites (droits de douane). Une répartition arbitraire, suivant les ordres et les régions, explique la persistance des déficits et l'accroissement de la dette.
La masse paysanne dans son ensemble est écrasée par la charge des impôts, tandis que la bourgeoisie (classe moyennes ou supérieurs) supporte de moins en moins toutes les taxes qui grèvent son activité. La noblesse et l'Église bénéficient de nombreux privilèges et exemptions.
Toutes ces survivances de la féodalité volent en éclats au cours de la nuit du 4 août 1789.
La pratique du pouvoir monarchique (une seule personne détient le pouvoir) par Louis XV et Louis XVI a tendance à évoluer vers un « despotisme éclairé (une seule personne détient un pouvoir absolu) », faisant appel à des ministres compétents et pragmatiques, favorables aux réformes. Mais les fondements de l'autorité du roi demeurent de caractère absolu et de nature autoritaire.
La France est un État fortement centralisé, mais sans aucune homogénéité administrative et juridique, citons par exemple le droit romain s'impose dans le Sud, alors que le Nord vit suivant un droit coutumier. Les impôts, les lois, les systèmes de mesure varient d'une région à une autre.
Enfin, les barrières douanières dont doivent s'acquitter les marchands à chaque fois qu'ils pénètrent dans une région constituent un frein aux échanges.


Viens ensuite la dernière grande causes profondes : les changements culturels.
On a depuis longtemps imputé les fondements philosophiques de la Révolution à Voltaire et à Rousseau.
Les idées des Lumières (mouvement philosophique européen du XVIIIe siècle) ont progressivement pénétré toutes les couches de la société. Le rationalisme (attitude de pensée qui prône l'usage de la raison dans l'activité de connaissance) et le progrès, l'aspiration à plus de liberté et d'égalité se répandent partout, y compris dans l'aristocratie (classe sociale constituée de personnes prééminentes par la naissance ou la fortune et exerçant un certain pouvoir). Mais la société d'ordre reste accrochée à ses privilèges et, dans certaines campagnes, on assiste même à une radicalisation du régime seigneurial de la part des petits nobles, souvent appauvris.
Outre ces fondements intellectuels et le caractère subversif de la philosophie des Lumières, les historiens actuels mettent l'accent sur les origines culturelles de la Révolution. Ils insistent sur la sécularisation (suppression des liens avec la religion) des mentalités et sur l'émergence d'une opinion publique à la fin du XVIIIe siècle.
Dans un tel contexte, la nécessité d'un changement est ressentie par tous.
La France semble mûre pour une réforme de la monarchie.
Mais la Révolution va manifester une conjonction chaotique de plusieurs mécontentements : celui, traditionnel et violent, des émeutes populaires ;
Mais aussi celui, nouveau, des « talents » inemployés, qui forment une masse d'intellectuels, bloqués dans leur désir d'ascension sociale.


Depuis 1776, la France est sortie du cycle de croissance entamé en 1730.
L'accroissement des dépenses de l'État, en particulier militaires avec la participation à la guerre de l'Indépendance américaine (1776-1783), a alourdi la dette publique au point que la monarchie parvient à peine à payer les intérêts. Les solutions envisagées par des ministres éclairés et résolus de Louis XVI (Jacques Turgot, Jacques Necker, Calonne) impliquent toutes la fin des privilèges fiscaux et donc une forte contribution des classes exemptées. Tous se heurtent à la résistance de l'aristocratie, fortement attachée à ses privilèges.

En août 1774, Louis XVI nomme l'économiste libéral Jacques Turgot contrôleur général des Finances. Il tente d'unifier le système des impôts et de libéraliser le commerce.
La plupart de ses réformes sont annulées, et Turgot est acculé à la démission en 1776 par la faction la plus conservatrice de la noblesse et du clergé, soutenue par la reine Marie-Antoinette. Son successeur, le financier Jacques Necker, n'a guère le temps de mettre en ouvre son programme d'économie budgétaire et d'élargissement de l'assiette fiscale avant sa chute, en 1781. Il acquiert néanmoins une certaine popularité en publiant un rapport sur les finances royales, qui révèle le coût élevé des privilèges.

Aux difficultés économiques et financières s'ajoute une crise agricole provoquée par une série de mauvaises récoltes. Après les rigueurs de l'hiver 1788, le pays connaît une pénurie de blé.
En outre, la crise industrielle provoquée par l'arrêt des importations espagnoles de laine et de drap, ainsi que par l'ouverture du marché français aux produits anglais, en 1786, entraîne la fermeture de nombreuses manufactures (transformation industrielle en produits finis).
La misère populaire augmente, tandis que le nombre croissant de vagabonds génère un climat d'insécurité dans les campagnes, les « peurs ».

Le projet de réforme de l'intendant des Finances Calonne, en 1786, prévoit la création d'une subvention territoriale pesant sur tous les propriétaires. Il est rejeté par l'assemblée des notables, en 1787. Le conflit entre les parlements (composés de nobles) et le gouvernement dégénère en révolte. Les nobles en appellent à l'opinion publique pour réclamer la convocation d'états généraux - assemblée réunissant les représentants du clergé, de la noblesse et du tiers état - et fomentent de véritables émeutes qui plongent le pays dans l'anarchie pendant près d'un an (journée des Tuiles à Grenoble, le 7 juin 1788, assemblée de Vizille dans le Dauphiné).
Leur objectif est en fait de déconsidérer le roi pour lui imposer un pouvoir aristocratique.





Accueil L'histoire en marche Les protagonistes Les lieux principaux Chronologie Images Et en plus...
Les causes La révolution Les conséquences La mémoire
Les Etats généraux L'assemblée nationale L'assemblée législative La convention nationale Le directoire


Contact  Ajouter aux favoris  Conseiller le site  Newsletter  Plan du site  Mentions légales