Accueil L'histoire en marche Les protagonistes Les lieux principaux Chronologie Images Et en plus...
Les causes La révolution Les conséquences La mémoire
Les Etats généraux L'assemblée nationale L'assemblée législative La convention nationale Le directoire





Saint_Just

Retour aux protagonistes

Saint Just Homme politique (Francais)
Né à Decize (Nièvre) le 25 août 1767
Décédé Paris le 28 juillet 1794 (à l'âge de 27 ans)


Il fut surnommé l'« archange de la Terreur ».

Fils de Louis Jean de Saint-Just de Richebourg (1716-1777), un militaire décoré de l'ordre de Saint-Louis, et de Marie-Anne Robinot (1736-1861), frère aîné de Louis-Marie-Anne de Saint-Just de Richebourg et Marie-Françoise-Victoire de Saint-Just de Richebourg, il fit des études de droit en compagnie de Brissot et Danton à Reims. Il déroba des bijoux à sa mère, qui fit lancer contre lui une lettre de cachet. Il fut incarcéré à la pension-Picpus de septembre 1786 à mars 1787.

Cet épisode eut probablement de l'influence sur son poème Organt, critique de la monarchie absolue et de la noblesse. Il assiste aux débuts de la Révolution à Paris, puis part rejoindre sa famille à Blérancourt, où il devient lieutenant-colonel de la garde nationale en juillet 1789. Révolutionnaire exalté, il participe à la Fête de la Fédération en 1790, fait partie du cortège qui escorte Louis XVI au retour de sa tentative de fuite. Il fait la connaissance de Robespierre. Comme ce dernier, il est fasciné par la culture gréco-romaine (d'où sont issues la Démocratie et la République) et se compare volontiers à Brutus.

Député en 1791 à l'Assemblée législative, on lui refuse le droit de siéger en raison de son âge. Il est élu de l'Aisne en 1792 à la Convention, et rejoint les Montagnards. Il y est immédiatement un des principaux orateurs, aussi bien lors du procès de Louis XVI (lors duquel il prononce ces phrases selon une rhétorique implacable inspirée de Rousseau : « On ne peut régner innocemment », « Tout roi est un rebelle ou un usurpateur ») que lors de la rédaction de la Constitution. Sa férocité se déchaîne contre ses adversaires girondins.

Plusieurs fois membre du Comité de salut public, qui l'envoie comme représentant aux armées du 22 octobre 1793 à mi-janvier 1794, à l'armée du Rhin. Il y rétablit la discipline, se faisant aimer des soldats, mais aussi par d'impitoyables exécutions, fait prendre Bitche et délivrer Landau.

De retour à Paris, il est l'un des acteurs de la chute des dantonistes et des hébertistes.

Il repart en mission le 28 avril, partisan de l'offensive à outrance, couronnée par les victoires de Courtrai et de Fleurus.

Il est guillotiné avec les partisans de Robespierre le 9 Thermidor.

Retour aux protagonistes



Contact  Ajouter aux favoris  Conseiller le site  Newsletter  Plan du site  Mentions légales