Accueil L'histoire en marche Les protagonistes Les lieux principaux Chronologie Images Et en plus...
Les causes La révolution Les conséquences La mémoire
Les Etats généraux L'assemblée nationale L'assemblée législative La convention nationale Le directoire





Mirabeau

Retour aux protagonistes

Mirabeau Homme politique et Journaliste (Francais)
Né le 09 mars 1749
Décédé le 02 avril 1791 (à l'âge de 42 ans)


Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau, plus communément appelé Mirabeau, né le 9 mars 1749 au Bignon-Mirabeau (Loiret), mort le 2 avril 1791 à Paris, fut, successivement ou simultanément, écrivain, agent secret, diplomate, franc-maçon, journaliste et homme politique français. Fils aîné de Victor Riquetti,Marquis de Mirabeau et de Marie-Geneviève de Vassan, il naquit avec un pied tordu, deux grandes dents, et surtout une tête énorme, ce qui a fait dire qu'il était hydrocéphale. À l'âge de trois ans, il fut défiguré par une petite vérole mal soignée. Après avoir guerroyé en Corse il épouse Emilie, fille du puissant marquis de Marignane, avec laquelle il a un fils mort en bas-âge. Pour le soustraire à ses créanciers son père le fait plusieurs fois enfermer au fort de Vincennes, et finalement exiler au château de Joux, dans le Jura, d'où il s'enfuit en Hollande avec Sophie de Ruffey, épouse du marquis de Monnier, le président de la cour des comptes de Dole.

Mirabeau est condamné à mort par contumace, puis extradé et emprisonné au donjon de Vincennes de 1777 à 1780. Il y écrit des lettres, publiées après sa mort sous le titre de Lettres à Sophie, chef d'ouvre de la littérature passionnée. Il sort de Vincennes et se présente aux élections des États généraux, en Provence. Repoussé par la noblesse, il publie un discours véhément adressé aux nobles provençaux. Il est alors nommé par le Tiers, à Aix et à Marseille. Il ne tarde pas à devenir l'un des plus énergiques orateurs de l'Assemblée nationale.La dégradation de la monarchie détermina son revirement politique, il était devenu le plus solide appui de Louis XVI et de Marie-Antoinette, quand il mourut presque subitement.On pense qu'Honoré-Gabriel de Riquetti, comte de Mirabeau fut empoisonné.

Il décède à Paris, le 2 avril 1791. Son corps, transporté en grande pompe au Panthéon, y restera jusqu'en 1793. Mais on découvre par sa correspondance qu'il avait pris clandestinement contact avec le roi et sa cour. Espérant être ministre de la monarchie constitutionnelle, il avait prodigué ses conseils et donné des informations. Sa sépulture est alors profanée et ses cendres sont jetées aux égouts de Paris.

Retour aux protagonistes



Contact  Ajouter aux favoris  Conseiller le site  Newsletter  Plan du site  Mentions légales